Le guide du rosier grimpant : types, plantation, taille et entretien

Le guide du rosier grimpant : types, plantation, taille et entretien Large Image

Les plantes sauvages ont souvent la fâcheuse tendance à énerver ceux qui en disposent chez eux. Toutefois pour les amateurs, elles sont de magnifiques décorations de jardin et donnent une impression de paysage tropical. Dans cet article, nous allons évoquer le rosier grimpant.

Les types de rosiers grimpants

On peut distinguer deux types de rosiers grimpants : les rosiers remontants et les rosiers non remontants.

Un rosier non remontant est un rosier qui ne peut fleurir qu’une fois par an. On peut citer en exemple « Albertine » qui atteint les quatre mètres ou « Fritz Nobis » qui est assez petit puisqu’il ne fait que deux mètres.

À l’inverse, le rosier remontant est un rosier qui peut fleurir plusieurs fois par an. On peut citer « Ghislaine de Féligonde » ou « Jaune Desprez ».

La taille dépend également du type de rosier grimpant en question. En effet, les plus petits font au grand maximum de deux mètres de hauteur tandis que les plus grands peuvent atteindre cinq ou six mètres.

Plantation et entretien du rosier grimpant

La plantation d’un rosier grimpant se fait généralement sur trois mois, de décembre à février. Si le rosier évolue dans de bonnes conditions, la floraison peut arriver du mois de mai au mois d’octobre soit un intervalle de six mois. C’est une rose assez résistante dans l’optique où elle tolère plutôt bien le froid. Elle a aussi une préférence pour les sols argileux riches en humus.

Il faut savoir que les rosiers grimpants sont plutôt des plantes assez dépendantes. En effet, il s’agit d’un nom assez ironique dans le sens où cette plante a besoin d’un jardinier pour s’épanouir. Pour assurer son développement, un rosier grimpant a besoin d’un support sur lequel il faut fixer les branches pendant que la plante pousse. Cela va permettre de couvrir un espace vertical assez large, qu’il s’agisse d’une pergola ou d’un treillage mural.

Toutefois, on peut dire que l’entretien d’un rosier grimpant est plutôt modéré. En effet, pour s’épanouir, la rose grimpante a besoin d’une grande exposition au soleil. Pourtant, elle n’a pas besoin d’être arrosée tous les jours. La seule délicatesse dans l’entretien d’un rosier grimpant concerne son nettoyage.

Effectivement, l’enlèvement des fleurs fanées prend un peu de temps. Cela permet au rosier de refleurir plus rapidement et de garder un aspect impeccable. La période idéale pour tailler un rosier est le mois de juillet pour ceux non remontants et en mars pour les rosiers remontants. À cette période, la période hivernale est terminée et les boutons floraux peuvent se former plus facilement. De plus, la ramure est plus aérée ce qui permet d’éviter plusieurs maladies.

Vous souhaitez commander des rosiers grimpants en ligne ? Ça tombe bien, la boutique André Eve propose de belles roses anciennes et modernes, on peut aussi retrouver une rubrique dédiée au rosier grimpant, vous y trouverez forcément votre bonheur !

Les maladies du rosier grimpant

Le rosier grimpant a pour principal parasite les pucerons. Ces derniers peuvent nuire à la floraison d’un rosier mais ne constituent pas une menace à la vitalité de la plante. Les larves de coccinelles peuvent détruire rapidement les pucerons.

Ensuite, il existe la maladie des tâches noires. C’est un champignon causé par les arrosages en aspersion, ce qui rend les feuilles humides et cause leurs apparitions. Pour contrer cela, il suffit de les tailler régulièrement pour assurer une bonne aération des feuilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© Copyright 2012-2020 Le Paysagiste - Tous droits réservés - A propos - Devis gratuit architecte paysagiste - Mentions légales - Contact

Recevez 4 Devis Gratuits de Paysagistes près de chez vousCliquez ici